le smartphone, le poison de la créativité
Communication,  Motivation

Smartphone ou La distraction, le poison de la créativité ?

Ma première action au réveil ? je regarde mon smartphone.

Et lorsque j’ai une pause ? Encore une fois mon smartphone.

Lorsque j’attends mon bus, mon train ? je sors mon smartphone

un auteur qui ne peut pas s’en empêcher

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale sans smartphone, à cette occasion je me suis remis en question face à ces nombreux petits écrans noirs qui pullulent dans notre monde. Et j’ai découvert un nouveau terme « La nomophobie », un étrange mot qui exprime ce nouveau danger de la vie moderne.

 je me demande parfois où sont passés ces moments de fulgurance créatives, il est de plus en plus complexe de prendre le temps de créer tant les nouvelles technologies, accapare à chaque moment de la journée mes instants d’accalmie.

La technologie ne tuerait-elle pas la créativité ?

C’est ce que je me suis demandé en lisant l’article de santé sur le net sur la nomophobie ? On y parle de notre dépendance à cette appareil électronique extension « indispensable » de notre être au début du XXIeme siécle. Je n’arrive pas à me remémorer ces moments réguliers où je n’ai pas eu le plaisir de m’abandonner au plaisir de l’ennui. Le seul moyen d’atteindre cet état aujourd’hui sont à l’approche de la batterie faible ou du manque de couverture réseau de mon téléphone.

Smartphone : un objet trompe l’ennui

Oui, on cherche tous à tromper l’ennui depuis la nuit des temps, je ne sais pas comment faisait nos ancêtres, mais pour moi, c’est extrêmement facile. Je ne m’ennuie que très rarement. J’ai toujours un film à regarder sur Netflix, une vidéo drôle à trouver sur YouTube et je passe les nombreuses activités à portée de doigt qui s’ouvre à moi. Mais est-ce là la véritable solution ? Je me suis posé la question lorsque j’ai vu la vidéo de Cyrus North sur l’ennui.

Malgré cette réflexion, je continue à me mentir

Le smartphone ou les plus grandes excuses pour ne pas m’en passer : Le réveil, les appels importants, l’ouverture sur le monde. Autant de bonnes raisons de ne pas m’arrêter de regarder par intermittences cette petite fenêtre sur l’internet.

Quand je manipule mon petit écran, je ne voyage plus


Une fenêtre sur le monde peut-être. Mais peut-être pas une fenêtre vers moi-même, mon imagination est moins consistante et plus normée par les dictats des conglomérats audiovisuels. Je ne rêve plus, j’imagine moins, je perds mon temps.

Moi qui aie pour ambition d’entreprendre, je trouve ça dommage.

Alors l’une de mes résolutions de cette nouvelle année sera de consacrer du temps à ma créativité. M’accorder un moment pour rêver et créer en toute sobriété.

Et toi comment vas-tu t’échapper ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.